de Gironde

SYNDICAT

La Confédération paysanne de Gironde rencontre Stéphane Travert



07.08.2017 Vendredi 4 août dernier, les portes parole de la Confédération paysanne de Gironde ont rencontré le Ministre de l'Agriculture dans le cadre de sa visite à la Cité du vin à Bordeaux. L'occasion pour eux d'évoquer les points sensibles de l'agriculture girondine et de développer la proposition d'un plan concret de sortie de l'utilisation des produits classés cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques ainsi que des propositions pour venir en aide aux viticulteurs touchés par l'épisode de gel d'avril dernier. Voici la lettre que le syndicat lui a adressé pour revenir en détails sur les propositions faites par notre syndicat.

Viticulture

Après la prise de paroles assez généraliste de nombreux représentants de la Chambre d'agriculture, du syndicat majoritaire et du CIVB, la Confédération paysanne a commencé par faire un point sur l'état de la viticulture en Gironde (85% de la SAU*).
En ce qui concerne le gel, elle a proposé un élargissement exceptionnel et temporaire du système de calamités agricoles aux agriculteurs qui n'ont pas d'assurance récoltes et ne sont donc pas indemnisés pour les pertes de récoltes en arboriculture, maraîchage et viticulture. Elle a également demandé le déclenchement de mesures d'urgence pour venir en aide aux besoins immédiats de trésorerie (de 5 000 à 10 000 euros + un échéancier de paiement et la suspension des poursuites) et la mise en place d'un système de gestion des risques efficient, mutualisé, solidaire entre filières et géré par l'Etat et l'ensemble de l'interprofession agricole en lieu et place des assurances privées. Elle a rappelé que les institutions doivent prendre la mesure de cette situation inédite et arrêter de culpabiliser les paysans qui n'auraient pas pris d'assurance récolte. Les prix agricoles ne permettent tout simplement pas de les payer.Dans cette crise climatique, ce n'est pas aux paysans d'être la variable d'ajustement du Négoce ou des industries agro-alimentaires.

Pesticides et agriculture; un problème de santé publique

Concernant le scandale de santé publique que sont les pesticides et qui agite actuellement la société civile en Gironde (intoxication des enfants de Villeneuve, menace de retrait des enfants d'une école à St Genès Lombaud), la Confédération paysanne de Gironde a demandé l'organisation effective d'un plan de sortie des pesticides cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR*). Ce plan doit proposer des moyens pour former et informer des viticulteurs sur les méthodes de productions qui se passent des CMR* mais aussi à mieux valoriser leurs production. Ceci leur permettra de sortir d'un modèle économique structurellement inféodé aux pesticides.
Sur le cas particulier de la pollution à la dildrine de la zone maraîchère des Jalles et pour laquelle encore une fois ce sont les producteurs qui paient les frais de la politique inconsidérée de l'autorisation de mise sur le marché par l'État de produits toxiques à forte rémanence, la Confédération paysanne de Gironde demande à ce que les maraichers concernés bénéficient d'une aide financière et un accompagnement pour faire face à ce problème dont ils ne sont pas responsables.
Enfin, en cette période d'annonces contradictoires du Ministère de l'Agriculture, elle a exigé que l'État rentre dans une logique de soutien franc et massif à l'agriculture biologique en aidant à la conversion comme au maintien des agriculteurs cultivant en bio.

Refonder la PAC* pour donner aux paysans des perspectives d'avenir

Les paysans ont besoin de perspectives d'avenir. Il faut à la fois assurer un revenu aux paysans, une alimentation de qualité aux consommateurs tout en préservant les ressources. Pour y parvenir, une régulation des marchés, mais aussi une maîtrise et répartition des volumes de production sont indispensables. La PAC* doit être un outil de revenu et d'installation en favorisant une distribution des aides du 1er pilier par actif et non pas à la surface. Les paiements à la surface sont un outil discriminatoire d'exclusion. Il faut également permettre des normes différenciées selon les systèmes de productions (les systèmes fermiers autonomes ne sont pas comparables aux systèmes industriels). Pour entretenir la dynamique d'une agriculture biologique d'avenir, il faut non seulement accompagner les agriculteurs à changer de pratiques mais également maintenir ceux déjà convertis qui sont dans une situation financière très compliquée du fait de la pression sur les prix et des retards de versement des aides et à cause de la concurrence qui leur est faite par l'agriculture industrielle subventionnée par les lobbies privés.

Accompagner les producteurs durant la transition agricole

La notion d'accompagnement des producteurs sera un des enjeux majeurs de cette transition agricole afin d'éviter des drames comme celui qu'a connu la Saône et Loire il y a quelques mois de cela. Des logiques bienveillantes doivent être appliquées par les services de l'État lors des contrôles. Les paysans ne sont pas des terroristes, ils demandent à ce que les contrôles se passent respectueusement et que les contrôleurs fassent preuve de pédagogie à leur égard.

Une protection sociale garantie pour tous

En Gironde, une partie des paysan-ne-s sont "cotisants solidaires", à la Confédération paysanne nous pensons que ces personnes ne sont pas des moitiés d'exploitants, ils ne sont simplement pas reconnus comme tels alors qu'ils contribuent à la production agricole c'est pourquoi la Confédération paysanne de Gironde a demandé la reconnaissance des cotisants solidaires comme exploitants à part entière et dans le même temps, l'instauration d'une progressivité de la cotisation et d'une proportionnalité réelle par rapport au revenu. Elle a aussi demandé qu'ils et elles puissent voter aux prochaines élections professionnelles en janvier 2019.

Pour la proportionnalité intégrale aux prochaines élections chambre

Enfin la Confédération paysanne de Gironde est revenue sur une revendication qu'elle avait déjà porté en 2012: l'introduction de la proportionnalité intégral lors des prochaines élections professionnelles.


En téléchargement :

    Pour en savoir plus, lire la lettre adressée au Ministre
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Gironde