Home > Actualités > 4200 hl de vins frauduleux : le dénigrement de Bordeaux, il vient ...
Partager sur :
VITICULTURE
06.12.2017

4200 hl de vins frauduleux : le dénigrement de Bordeaux, il vient d'en haut !

Au nom de la viticulture honnête, la Confédération paysanne de Gironde demande solennellement au CIVB, à la FGVB et aux appellations victimes de la fraude de déposer plainte devant le procureur de la République de Bordeaux.

Par respect pour les vieilles et vénérables institutions viticoles bordelaises, la Confédération Paysanne de Gironde s'était abstenue jusqu'ici de s'exprimer sur la fraude concernant 4200 hl de vins languedociens transformés en Bordeaux, Bordeaux supérieur, Pomerol, Margaux, Pauillac et St Julien.

Cet épisode rappelait trop l'affaire Hemmer, où du vin de l'Aude était venu « compléter » des crus de St Estèphe afin de pouvoir « honorer » des commandes en primeur  surnuméraires ! La « filière » bordelaise ne s'était alors même pas porté partie civile et le président du CIVB avait été condamné pour fraudes sans même avoir été démis après sa condamnation définitive.

Nous avons cru, un court moment, que les instances viticoles bordelaises allaient enfin retrouver leur honneur perdu. Nous avons cru que, dans un même mouvement, « notre » interprofession, le CIVB, la Fédération des grands vins de Bordeaux, les appellations Bordeaux, Bordeaux supérieur, Pomerol, Margaux, Pauillac et St Julien allaient demander haut et fort à la justice, de laver l'affront fait à ces appellations prestigieuses et de sanctionner lourdement les fraudeurs.

Au lieu de cela, on assiste à un drôle de manège, une course où chacun rivalise d'ingéniosité pour faire traîner l'affaire et surtout les poursuites. On pourrait presque croire que ce qui est recherché, c'est la prescription des faits. Les Douanes, parfois si diligentes pour sanctionner le petit viticulteur sans relations, ne semblent pas se presser pour saisir le procureur de la République.

Tout le milieu viticole est au courant mais personne ne semble vouloir s'exprimer. Bizarre…

Les esprits chagrins invoqueront l'implication (au moins secondaire) des plus importants négociants de Bordeaux. Pour tout dire, le gratin du CIVB  et même l'influente cave de Tutiac.

Contre le « Bordeaux bashing », défendre les appellations de Bordeaux au nom de la viticulture honnête

Il n'en reste pas moins que ce sont tous les vignerons de Bordeaux qui sont victimes de cette attitude honteuse des institutions viticoles, qui nous coûtent pourtant si cher en cotisations de toutes sortes et à tous les étages. Des sommes considérables sont englouties pour contrer le « Bordeaux Bashing » dans des opérations marketing diverses. Mais ne pas porter plainte contre une fraude pareille, c'est réduire à néant l'image des appellations de Bordeaux dont les ventes s'effritent déjà en grande distribution. C'est jeter nos cotisations par la fenêtre.

Quelle confiance faire à une « filière », à un milieu qui se tait sur les fraudes au lieu de porter plainte comme cela s'est fait en Bourgogne ou en Languedoc ?

La justification des cotisations exorbitantes du CIVB est inscrite dans ses statuts : « De développer, tant en France qu'à l'étranger, par tous les moyens appropriés, la réputation  et la demande des vins de Bordeaux à appellation contrôlée »

Au nom de la viticulture honnête, nous demandons donc solennellement au CIVB, à la FGVB et aux appellations victimes de cette fraude de déposer plainte devant le procureur de la République de Bordeaux. Le contraire pourrait passer pour de la forfaiture pure et simple.

 

Pour aller plus loin: Voir l'article d'Alexandre Abellan

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Gironde -
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Gironde
8, Rue de la Course - 33000 Bordeaux