de Gironde

VITICULTURE

Cash investigation : MM. Farges et Sichel, prenez vos responsabilités !



28.02.2018 Oui, depuis Cash investigation de 2016, les vignerons bordelais ont évolué. Oui, dans chaque famille, ce sujet des pesticides et l'impact sur la santé des enfants a été discuté souvent et longuement. Oui, certains vignerons, appuyés par des conseillers, ont mis au point des programmes de traitement sans CMR*. La cave coopérative de Rauzan se fixe même comme objectif la sortie des CMR*, et 20 ha de bio en plus chaque année ! Tout cela prouve qu'il y a dans la viticulture bordelaise de base une véritable prise de conscience et des gens conscients. Mais quelle incapacité des institutions viticoles CIVB et FGVB en tête, à conforter ce mouvement spontané ! Quelle incapacité à mettre en place des programmes d'accompagnement technique, économique et financier pour sortir des CMR* et développer la bio !

Deux ans se sont écoulés depuis la diffusion du précédent numéro et le CIVB reste empêtré dans un discours dépassé. En minimisant les problèmes de santé publique liés à l'utilisation des pesticides et notamment des CMR*, le CIVBa laissé l'image des vins de Bordeaux se dégrader et les viticulteurs être traînés dans la boue. C'est maintenant un véritable problème commercial qui va finir par se poser.

Pour retrouver la confiance des citoyens et des amateurs de vin, il faut annoncer un plan précis de sortie des CMR* et aussi de développement de la bio, avec des échéances chiffrables et vérifiables par tous ! L'enfumage médiatique n'est plus de saison.
MM. Sichel et Farges, "votre réveil a été tardif" dites-vous, alors prenez enfin vos responsabilités sans vous cacher derrière les statuts du CIVB que vous avez tout loisir de modifier quand vous le souhaitez.

Une autre viticulture est possible malgré l'inertie des institutions. Des pratiques innovantes se mettent en place malgré cela, et elles respectent les sols, le terroir, les territoires et les habitants qui y vivent.

La Confédération paysanne de Gironde, aux côtés des associations militantes qui contribuent à faire reconnaître ce problème de santé publique dévastateur pour l'image des vins de Bordeaux, continuera à diffuser ces pratiques innovantes qui sauveront la vie de nombreux vignerons et salariés viticoles.

Contacts

Dominique Techer: 06 09 87 55 45
Confédération paysanne de Gironde: 05.56.52.26.79 -
conf.paysanne33@wanadoo.fr

Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Gironde