de Gironde

VITICULTURE

Le négociant « Grands Vins de Gironde » (groupe Castéja) condamné, mais la fraude reste rentable... !

17.04.2018 .


17.04.2018 Le 5 avril 2018, le Tribunal correctionnel de Bordeaux a rendu sa décision concernant « l'affaire GVG ». L'intervention de la Confédération paysanne de Gironde à l'audience a porté ses fruits: le Tribunal correctionnel a condamné le groupe GVG-Castéja à une amende de 400 000 euros, dont la moitié avec sursis. Cependant, une amende de 200 000 euros ferme pour 6100 hl de vin ( soit 813 000 bouteilles) ne représente même pas 0,25 euros par bouteille ! La fraude reste donc rentable. De plus, la Confédération Paysanne a été refusée comme partie civile ce qui l'empêche d’avoir accès aux éléments du dossier. La Confédération Paysanne de Gironde prendra toutes les dispositions nécessaires pour que la défense des appellations de Bordeaux contre la fraude soit menée effectivement et qu’on en finisse avec ce Bordeaux bashing qui vient d’en haut et qui fait tant de tort à la viticulture honnête.

La société Grands Vins de Gironde ainsi qu'un de ses cadres étaient poursuivis pour fraude sur 6100 hl de vins : assemblages exotiques mêlant allègrement vins de France, vins de pays d'Oc, appellations de Bordeaux, fausses étiquettes, millésimes changés, etc. Bref, la quasi-totalité du registre des fraudes répertoriées.

CIVB, FGVB et Union des maisons de Négoce de Bordeaux s'étaient portés partie civile. Leur avocat s'est montré très suiviste vis-à-vis de l'avocat du groupe Castéja, reprenant la thèse d'une dérive solitaire du directeur des achats, agissant hors de tout contrôle…

Thèse invraisemblable vue l'ampleur de la fraude et que le Tribunal a balayé d'un revers de manche.
En fait, il s'agissait surtout de sauver le soldat Philippe Castéja, PDG du groupe, et membre éminent du petit cercle qui tient Bordeaux sous sa coupe. M. Castéja est en effet ex Président du CIVB dont il est toujours membre, ex président de la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux et actuel président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855.

Une grande victoire.
L'intervention de la Confédération paysanne de Gironde à l'audience a porté ses fruits: le Tribunal correctionnel a condamné le groupe GVG-Castéja à une amende de 400 000 euros, dont la moitié avec sursis.
Cependant :
- Une amende de 200 000 euros ferme pour 6100 hl de vin ( soit 813 000 bouteilles) ne représente même pas 0,25 euros par bouteille ! La fraude reste donc rentable.
- A la demande de l'avocat du présumé délinquant GVG, la Confédération Paysanne a été refusée comme partie civile.
Le Tribunal a par contre accepté le CIVB comme partie civile, alors même qu' un de ses membres était visé dans l'affaire, et alors même que des membres de l'assemblée du CIVB sont impliqués ( fût-ce à l'insu de leur plein gré…) dans une autre fraude, celle des 4200 hl de vins du Languedoc transformés, comme par magie, en diverses appellations de Bordeaux.

Cet arbitrage empêche la Confédération Paysanne de Gironde d'avoir accès aux éléments du dossier et élimine la seule des parties civiles qui pouvait empêcher le ronron bien huilé des allégeances et des compromis réciproques.

La Confédération Paysanne de Gironde prendra toutes les dispositions nécessaires pour que la défense des appellations de Bordeaux contre la fraude soit menée effectivement et qu'on en finisse avec ce Bordeaux bashing qui vient d'en haut et qui fait tant de tort à la viticulture honnête.
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Gironde