Home > Actualités > LA CRISE DES VINS DE BORDEAUX DISSIMULÉE LE TEMPS DES ÉLECTIONS ...
Partager sur :
VITICULTURE
21.01.2019

LA CRISE DES VINS DE BORDEAUX DISSIMULÉE LE TEMPS DES ÉLECTIONS CHAMBRE D’AGRICULTURE

"nous sommes sur le Titanic et on nous invite juste à écouter l'orchestre qui continue à jouer sur le pont supérieur"

Alors que Les chiffres officiels de vente sont catastrophiques : - 50 ou - 60 % depuis plusieurs mois, la FNSEA*/JA* ne dit pratiquement pas un mot sur la viticulture et rien sur cette crise ! Comme si elle s’en désintéressait et déléguait cela aux syndicats d'appellations.

Les faits : Les chiffres officiels de vente sont catastrophiques : - 50 ou - 60 % depuis plusieurs mois ! Nous sommes dans une crise majeure, voire historique, des vins de Bordeaux : la situation est, au moins, équivalente à celle de 2003, quand les américains boycottaient les vins français.

Le déni : Le président des Bordeaux minimise la crise, parle de « plusieurs mois particulièrement calmes » et appelle à une baisse des prix dans le Flash des Bordeaux de janvier ! On croirait entendre un négociant. Et dans la campagne pour les élections à la Chambre d'agriculture, pratiquement pas un mot de la FDSEA*-JA* sur la viticulture et rien sur cette crise ! Comme si elle s'en désintéressait et déléguait cela aux syndicats d'appellations.

On assiste à une dissimulation institutionnelle volontaire de la gravité de la situation

Cette crise dissimulée est le résultat d'une politique de long terme. En sortir ne sera pas simple. La première disposition à prendre serait au moins de reconnaître la situation pour pouvoir rebondir. Mais aujourd'hui, nous sommes en quelque sorte, sur le Titanic et on nous invite juste à écouter l'orchestre, qui continue à jouer sur le pont supérieur.

Le fiasco : Le syndicalisme officiel se présente comme « syndicat de solutions ». Seul à être crédible et rassurant face à l'aventure. « C'est nous ou le déluge ! ». Mais le déluge, il est déjà là et ce syndicalisme reste silencieux devant les résultats d'une politique qu'il a porté et cautionné depuis toujours.

L'avenir : Nous avons besoin d'une Chambre d'agriculture qui fasse véritablement contre-pouvoir à ce système qui n'est plus intéressé par le réel, qui ne s'occupe plus que du produit et de ce qui brille, et plus du tout des producteurs.

Vous voulez que ça change ?
Vous voulez une Chambre d'agriculture qui fasse véritablement contre-pouvoir à ce système qui n'est plus intéressé par le réel, qui ne s'occupe plus que du produit et de ce qui brille, et plus du tout des producteurs ?

Votez et faites voter
NOUVEL HORIZON !

 


Crédits photos : (c) Visant
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Gironde
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Gironde
8, Rue de la Course - 33000 Bordeaux / conf.paysanne33@wanadoo.fr / 05.56.52.26.78