Home > Actualités > Cité du vin : des VIP et des paillettes pour faire oublier les ...
Partager sur :
VITICULTURE
30.05.2016

Cité du vin : des VIP et des paillettes pour faire oublier les casseroles.

30.05.2016 -
L'inauguration de la Cité du vin de Bordeaux se fera en présence du Président de la République et d'invités triés sur le volet. Les vignerons qui ont tous cotisés pour cette Cité par le biais de leurs cotisations dites « volontaires obligatoires », n'ont pas été conviés aux festivités.

Ainsi donc, l'inauguration de la Cité du vin de Bordeaux se fera en présence du Président de la République et d'invités triés sur le volet. Pas de fête populaire. On reste entre soi : pas de « sans-dents », pas de « sans cerveaux ». L'état d'urgence permanent est là pour ça : au nom de la sécurisation, toute voix discordante sera éloignée de l'épicentre de la « fête ». Parmi le public, on remarquera sûrement  un taux élevé de jeunes hommes athlétiques, aux crânes rasés, pas très souriants mais très attentifs à l'environnement et à leurs oreillettes. Rassurons-nous donc : les discours convenus des diverses huiles ne risqueront pas d 'être interrompus, sauf sans doute, par quelques bâillements. Il n'y aura aucune faute de goût : le public applaudira sagement aux bons moments, en attendant les petits fours et les grands crus, tout ébahi de faire partie des heureux élus. Les financiers mécènes pourront deviser en toute tranquillité avec « l'ennemi de la finance ».

« Opération communication pour faire oublier les casseroles pleines de pesticides»

Les journalistes « embarqués » des rubriques « vins » de la presse régionale feront, comme d'habitude,  le service après-vente du discours des officiels, munis du cirage et de la brosse à reluire. La mission qui leur est confiée est claire : faire oublier les casseroles pleines de pesticides des institutions viticoles bordelaises. Cette opération a d'ailleurs commencé à la dernière AG de l'interprofession. Le discours du président du CIVB finissait juste de sortir de ses lèvres que - miracle !- paraissait aussitôt sur la version internet de Sud Ouest un article sur le « CIVB qui veut sortir de l'agrochimie ». C'est à ces petits détails que l'on mesure l'indépendance de la presse.
 
«Les vignerons ne seront pas invités»

Ce qui aurait pu être une fête populaire du vin ne sera donc qu'un rendez-vous de plus des VIP venus se montrer et se congratuler les uns les autres.  Peut-être aussi une occasion pour des énarques finissants de la promotion Voltaire d'échanger de vieux souvenirs et, espérons-le , de déplorer la carence totale de la formation à l 'écologie au cours de leur cursus. Les vignerons, qui ont tous cotisés pour cette Cité par le biais de leurs cotisations dites « volontaires obligatoires », ne sont pas conviés aux festivités. Quant aux salariés...Voilà un baptême teinté d'un fort relent d'élitisme, pur reflet de la financiarisation du vignoble. Aucun écho de la détresse des vignerons de Bordeaux, aucune voix des 300 vignerons de Bordeaux qui arrêtent leur activité chaque année, aucune expression des  victimes des pesticides cancérigènes n'arriveront jusqu'aux oreilles des oligarques. Que de la real politik et du chiffre d'affaires export !

La question posée aujourd'hui, ici mais aussi ailleurs, c'est de savoir combien de temps ces «élites consanguines»  pourront maintenir l'expression publique dans ce cocon duveteux totalement à l'abri du réel, que doit pourtant affronter l'immense majorité. Rappelons-nous que les lendemains de fête, il y a souvent la gueule de bois ! Rappelons nous qu'après le boom de l'exploitation des schistes bitumineux de l'Alberta, il y a eu la flambée de Fort Mac Money.


Crédits photos : Samson
NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Gironde
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Gironde
8, Rue de la Course - 33000 Bordeaux / conf.paysanne33@wanadoo.fr / 05.56.52.26.79